• Sylvain Lupari

STEVE ROACH: Immersion Five - Circadian Rhythms (2011) (FR)

Nous avons ici le meilleur des deux mondes de Steve Roach dans un seul album; de l'ambiant tribal

CD I (73:44)

1 Circadian Rhythms-Phase One 13:56

2 Circadian Rhythms-Phase Two 23:05

3 Circadian Rhythms-Phase Three 36:43

CD II (73:33)

1 Shroud of Night 73:33

Timeroom Editions TM24

(CD/DDL 147:17)

(Tribal Ambient)

Il y avait quelque chose à ajouter après les 4 premiers volets de la série Immersion? Faut croire qu'avec Steve Roach, on est jamais à l'abri des surprises. IMMERSION FIVE-CIRCADIAN RHYTHMS est un étonnant album où la musique ambiante et les rythmes tribaux se distancient un de l'autre. Si Shroud of Night est une longue introspection méditative qui n'apporte rien de bien nouveau à cette immersion d'ambiances de la série, Circadian Rhythms grouille d'une vie microscopique finement décortiquée.

Circadian Rhythms est une réflexion musicale sur le fascinant monde animal et végétal. Le rythme circadien est un rythme biologique de 24 heures. Plus visible chez les plantes il est aussi très présent dans les organismes unicellulaires, comme les moisissures et les bactéries. Et c'est un peu ce monde microscopique rempli de créatures multiformes que Steve Roach met en musique. Circadian Rhythms-Phase One débute avec d'étranges sonorités d'un monde effervescent dont les infimes mouvements sont finement exposés à sonorité amplifiée. Ceux qui sont familiers avec l'univers musical de Roach ne seront pas dépaysés, puisque les sonorités très finement élaborés ici ont déjà vues le son sur Possible Planet. Donc de longs et filiformes mouvements serpentins aux glissements métalliques circulent et poussent dans un monde d'ombres où des accords de guitares rechignent faiblement parmi de sombres oscillations variées. Un voyage dans ‘‘l’au delà’’ où grouille milles sonorités éclectiques et un monde aux multiples sonorités d'insectes chimériques qui fourmillent d'une étonnante vie musicale. De ce capharnaüm de sonorités spongieuses et micro-organismes émergent de douces ondes astrales qui graduellement gagnent en opulence et couvrent cette faune lilliputienne de douces molécules flottantes qui dérivent à la terminaison d'un monde en stigmatisation. Couches de synthé par-dessus couches de guitares sur un rythme doucement houleux, Circadian Rhythms-Phase Two est tout en contraste avec la tranquillité des lentes immersions des 4 premiers volumes. Ces couches s'entremêlent et agonisent d'oblongs riffs corrosifs au-dessus d'un rythme de plus en plus précis. Un rythme tribal unique à Roach où les percussions ont cette étrange impression d'être forgées à même les sonnettes des crotales et d'éléments hétéroclites qui trainent sous les roches des plaines désertiques de l'Arizona ou de l'Australie. J'ai l'étrange image de vautours au régime survolant les restes d'une civilisation à épargner lorsque j'écoute cette deuxième partie qui baigne dans les douces ambiances de ses récentes œuvres comme Landmass et Destination Beyond. Peu à peu, le rythme frénétiquement stationnaire de Circadian Rhythms-Phase Two se calme avec de belles couches de synthés apaisantes qui sillonnent une finale épousant les rythmes hésitants et défilant à pas de loup de Circadian Rhythms-Phase Three. Cette dernière portion de Circadian Rhythms offre un rythme pondéré qui s'appuie sur un doux balancement séquencé hypnotique et une ligne de basse qui frétille parmi des accords spasmodiques. Le tout nappé de belles couches de synthé qui ondoient sur un délicat rythme onirique. Nous sommes dans les terres de Dreamtime Return et Western Spaces mais avec un zest de fraîcheur musicale qui accote l'évolution de Steve Roach.

Il n'y a pas grand-chose à écrire à propos de Shroud of Night. C'est une longue complainte nocturne qui respecte les préceptes de la série Immersion mais avec une profondeur abyssale plus accentuée où un mélange de couches de synthé et de guitare flotte dans une quiétude immersive, un peu comme si nous étions en communication avec le monde aquatique dont les baleines nourrissent notre subconscient de longilignes plaintes enveloppantes. Et c'est sans doute la grande beauté de Shroud of Night. Tout au long on a la vague impression d'être submergé par un chimérique océan suspendu où les cétacés flottent en diapason avec notre immense besoin de quiétude immersive, un peu comme sur First Light de Immersion : Three. Égal à lui-même, Steve Roach empli chaque diamètre disponible sur le CD afin que notre subconscient soit envahi de cette suave tranquilité amorcée avec Immersion One en 2006.

Avec IMMERSION FIVE – CIRCADIAN RHYTHMS nous avons le meilleur des deux mondes de Steve Roach en un seul album. Ce qui n'est pas à dédaigner. Nous avons les rythmes tribaux et progressifs aux atmosphères aussi séduisants qu'hétéroclites sur Circadian Rhythms et le meilleur de la musique ambiante sur Shroud of Night. IMMERSION FIVE – CIRCADIAN RHYTHMS est en plein le genre d'album qui peut aider à apprivoiser les deux principaux genres de Steve Roach.

Sylvain Lupari (24/05/11) *****

SynthSequences.com

Disponible au Timeroom Editions Bandcamp

109 views0 comments

Recent Posts

See All