• Sylvain Lupari

TONE SCIENCE MODULE: No.1 Structure and Forces (2018) (FR)

“Bienvenue dans le monde où la MÉ est construite tout droit de l'imagination et de la sueur pour trouver des choses. Bienvenue dans l'univers Synth Modular”

1 Natural Minor Sines 8:03 2 Tone 6 9:02 3 Virus 7:41 4 If Wishes Came True 6:29 5 Ghatam 6:13 6 Un coq à Esculape 6:07 7 Frieze Relief 5:28 8 Spherfear 9:38 9 Harmonograph 7:59 DiN-TS1 (CD/DDL 66:39) (Modular Synth Music)

L'art! Quand la musique ambiante et d'ambiances sont issues de la créativité et du concept abstrait pour devenir des éléments indissociables afin d'approfondir et orner une autre forme de créativité, j'appelle cela de l'art. Véritable pionnier et précurseur de la MÉ contemporaine, Ian Boddy se lance dans l'aventure de la Library Music crée par synthétiseur modulaire avec un premier album d'une 3ième division de son label; Tone Science. En fait, le boss de DiN poursuit le chemin qu'il a tracé avec son album animé de pulsions et non par des séquences, Tone Science paru en 2016. No.1 STRUCTURE AND FORCES comprend 9 compositions d'artistes qui œuvrent dans l'anonymat de l'art, enfin pour la plupart, mais qui sont pourtant si essentiels pour les besoins du 7ième art et de ses dérivés. En plus d'une composition issue des sessions de Tone Science, (Tone 6) Ian Boddy a regroupé et arrangé des compositions de Paul Lawler, Nigel Mullaney, Lyonel Bauchet, Chris Carter, que nous connaissons pour avoir participer à des albums d'Ian Boddy au de DiN, et des noms moins connus avec DivKid, Richard Scott et Matthew Shaw. Ces créateurs d'ambiances demeurent tous très actif dans le domaine de la Library Music, cet univers obscur, mais oh combien important, qui donnent le relief nécessaire aux films, aux reportages et à des émissions télévisées ainsi que radiophoniques. Ces gigantesques banques contiennent tous les genres musicaux composés et interprétés en utilisant n'importe quels instruments de musiques. Sur la division Tone Science, c'est la musique composée et crée par synthétiseur modulaire uniquement qui est en vedette. Et après avoir entendu les 9 pistes de ce No.1 STRUCTURE AND FORCES vous allez comprendre pourquoi…

C'est une composition de DivKid qui nous fait découvrir les profondeurs sonores du nouveau sous-label de DiN. Natural Minor Sines est un corridor d'éléments d'ambiances avec des lignes oscillatrices qui s'enchevêtrent avec des couleurs, tant froides que chaleureuses, des deux pôles du cosmos auxquelles Sir. Divward Kiddery ajoute des éléments de psybient. C'est purement ambiant, même profondément cosmique, et presque méditatif, avec une bonne ornementation sonore. La précision dans les tons m'a donné des frissons. Tone 6 poursuit là où l'album Tone Science avait terminé alors que Virus de Paul Lawler représente assez bien les œuvres d'ambiances de ce dernier, mais dans une approche plus organique que cosmique. Après une introduction de turbulence, les ambiances nous amènent vers une après-midi ensoleillée où pépient une bande de moineaux. Un passage rythmique, court, inaccoutumé et unique à la signature du maître des destinées d'Arcane donne une vie plus sordide à une musique qui dépeint fort bien l'esprit derrière le titre. Virus a entrouvert la porte des rythmes inimaginables des synthétiseurs modulaires. Une ligne de boucles en série multiplie ses effets de guitares alors que l'ouverture de If Wishes Came True de Scanner alimente une névrose sonore avec des bruits de grisaille, des voix ectoplasmiques, des chuchotements hâtifs et des vapeurs d'une six-cordes électriques vampiriques qui recouvrent une base de pulsations circadiennes. Il y a beaucoup de mystère, comme de passion, derrière ces multicouches dont l'étroit maillage donne une illusion sonore soudée par un quartet de musiciens à cordes dont un certain Robert Fripp et ses légendaires lamentations qui instaurent un fascinant climat délicieusement sinistre.

On cherche toujours une référence lorsque l'on découvre quelque chose et celle qui me vient à l'esprit en découvrant ces multiples sautillements de cliquetis névrosés dans Ghatam est l'album d'Eddie Jobson, Theme of Secrets. Un incontournable dans le genre! Ici, le mouvement est moins harmonique avec un pattern ostinato de sautillements hypnotiques où Richard Scott module des variations et des nuances qui vont de pair avec des vapeurs de synthé bien en arrière-scène. Vient par la suite un mouvement similaire mais enrobé avec un peu plus de musicalité et structuré sur un rythme entraînant qui a été composé par celui qui nous a donné le très beau The Secret Society, Lyonel Bauchet. Animé d'un rythme soutenu, Un coq à Esculape a été conçu sur le synthé modulaire Buchla et la vivacité du mouvement, aussi captivant qu'insolite, est cernée par des nappes d’un synthé gonflé de bruits blancs et par de bons effets de psybient. Ça m'a donné le goût de retremper mes oreilles dans The Secret Society qui est paru chez DiN, section DDL, en 2011. Chris Carter poursuit la route des oscillations rythmiques avec Frieze Relief. La ligne de basse et les basses pulsations entraînent une approchent rythmique plutôt danse et même assez furieuse alors que de bons effets étendent une créative enveloppe un brin psychédélique. Nigel Mullaney nous balance par la suite un très beau titre d'ambiances très poignant avec Spherfear. La musique est très enveloppante avec une sensation d'être coincé à l'intérieur d'une bulle et que nous dérivons entre ce point invisible où l'océan rejoint le cosmos. De la musique ambiante très efficace qui me fait penser à Chronos, pour l'intensité, de Michael Stearns. No.1 STRUCTURE AND FORCES se termine un peu comme l'aventure a débuté. Dans ce sens que Harmonograph est initialement structuré autour d’un corridor de vapeurs et de nappes de synthé auquel se greffent graduellement une pléiade de bruits blancs et un maillage de pulsations, amenant ce titre de Matthew Shaw vers ces structures de rythme sans définition mais qui forgent résolument leur place dans l'univers glauque et mystérieux du psybient.

Curieux objet de découverte, No.1 STRUCTURE AND FORCES démystifie la Library Music avec un large éventail de genres dont la conception relève de l'ingéniosité des collaborateurs à ce premier album de la division Tone Science de DiN. La pureté des sons est exceptionnelle avec une approche, une vision qui nous situe là où les artisans de cet album voulaient que l'on soit. Une très belle compilation de musique ambiante et d'ambiances cinématographiques.

Sylvain Lupari (21/04/18) ****½* SynthSequences.com

Disponible au DiN Bandcamp

8 views
  • Twitter - Cercle blanc
  • Facebook - White Circle

© 2019 by  Synth&Sequences \ Sylvain (A.K.A. Phaedream) Lupari