• Sylvain Lupari

V/A BELGIAN EM: Under Construction 2 (2020) (FR)

Quoi demander de mieux si on a les oreilles aventureuses?

1 Waves of Initial Darkness (Unreleased Original) (Rhea) 22:46

2 Making Memories (Dream Invasion) 7:02

3 Hinterland (Unreleased Original) (Ron Boots) 10:09

4 Berlin (Performed Version) (NothingButNoise) 12:46

5 See (99.9) 5:29

6 NmodChan+ (Daniel.B. Prothese) 14:30

db2fluctuation music

(CD 72:42)

(Progressive EM, Berlin School)

J'avais cette compilation depuis un bail! Un CD manufacturé dans une pochette de carton est le style de truc que l'on égare aisément. Pour un type vivant quotidiennement sur les anti-douleurs, c'était inévitable…Et c'est en écrivant à propos des Aeon que je me suis rappelé avoir reçu UNDER CONSTRUCTION 2. Ce CD promotionnel met en vedette la musique des artistes qui performeront lors du db2fluctuation Event - B3200 Belgium le 22/02/2020. Il y a de gros noms et de la grosse musique sur ce CD qui est déjà discontinué et dont il reste quelques copies quelque parts. On s'informe au info@db2fluctuation.one

Rhea est devenu un artiste incontournable lors des gros festivals de MÉ en Belgique. Cet artiste très à l'aise dans ses odes cosmiques avait attiré mon attention sur le très beau Cosmic Nights 2018. Waves of Initial Darkness est un long titre d'ambiances cosmiques sombres débutant par une ligne de réverbérations circulant à travers maintes explosions sourdes. Une onde plus musicale se détache pour irradier en ondulant dans une montée de wiiissshhh typique au genre. Il y a fragmentation des ressources sonores, faisant irradier cette lente ouverture de dizaines particules tonales qui se reforment en un oblong mouvement rempli de brume astrale. Le mouvement ambiant devient un long tube où on s'installe afin de vivre une expérience cosmique en haute définition. Les sons, les cliquetis comme les vibrations des machines et la lenteur nous propulse dans un bel état d'apesanteur, alors que l'impression de dériver dans le cosmos est à portée d'oreilles. Nous entendons une vibration plus tenace derrière les fredonnements mécaniques de Waves of Initial Darkness qui se transforme en séquences zigzagant pour échapper à l'emprise des ambiances sombres. Les solos de synthé restent discrets et subliment musicaux, alors qu'une seconde ligne de rythme cogne avec plus d'insistance mais pas assez pour diriger le rythme hors de sa phase ambiante. On s'accroche à la douceur morphique des solos jusqu'à ce que nos oreilles frappent un essaim d'arpèges scintillant quelques 30 secondes après la 16ième minute. Le ton devient plus éclatant dans ce nuage de scintillements. Gardant toujours le titre dans sa zone ambiante, le rythme se démène comme une barbotte au fond d'une chaloupe qui garde ses forces pour vivre son combat inégal. Un très beau 23 minutes de musique cosmique par Rhea.

Dream Invasion est le projet de Erwin Jadot, un ancien complice de Nothing but Noise pour le temps de l'album Not Bleeding Red en 2012. Making Memories est tiré de son récent album studio 7​.​7​.​49. L'ouverture est tissée dans du gros psybient nourri aux tonalités organiques qui nous tombent dessus par coups de pads de synthé métalliques. Des pads plus costaudes proposent un staccato ambiant mais agressif autour de la seconde minute. S'ensuit un délicieux mouvement spasmodique matraqué par de bonnes percussions avant que de grosses et vives pulsations ostinato nous enfonce un rythme entêté 30 secondes après la 3ième minute. Le synthé y accroche des guirlandes qui chevrotent sous ces coups de pulsations obstinées dans une structure qui aurait bien voyagé avec la musique de n'importe quel épisode de NBN. Une sourde explosion et des cliquetis d'horlogerie sont à l'origine de Hinterland, un titre inédit de Ron Boots. Un peu comme dans Acoustic Shadow les ambiances sont sombres avec des lignes de synthé qui voltigent tout en bourdonnant d'un blanc radioactif. Cette structure forge le rythme ambiant qui est comme ce canard roi de sa zone aquatique, permettant à Ron d'élaborer un peu plus ces lignes voltigeuses qui tissent des effets de solos toujours bourdonnants dans cette masse sonore attirée par le dark psybient.

Nous arrivons à la section Nothing But Noise avec Berlin, une version écourtée pour être jouer en concert et qui plonge dans le cœur de la Berlin School. Tout simplement magnifique et on peut entendre la version complète sur l'album From Berlin To Brussel sorti en 2018. See est un titre exploratoire qui est dans la même veine que l'album Silex, aussi réalisé en 2018. Daniel B(ressanutti) quitte son ami violoncelliste Edwin Vanvinckenroye pour reprendre sa peau de Daniel.B. Prothese avec un titre aussi hyperactif qu'extrêmement spasmodique-sautillant NmodChan+. C'est 6 minutes de dynamite musicale assez accessible du musicien Belge qui offre en seconde moitié de son titre la vision plus ambiant-industriel de ce projet dont les 2 dernières minutes de NmodChan+ soufflent dans le vide.

UNDER CONSTRUCTION 2 propose une vision très honnête de la Belgian School. Une MÉ audacieuse avec des segments hyper-spasmodiques, des structures énergiques ambiantes cernées par du Dark Psybient, de la musique cosmique plus réaliste qu'ailleurs et du bon Berlin School! Quoi demander de mieux si on a les oreilles aventureuses? Je crois que Groove nl en a quelques copies, sinon on s'informe au info@db2fluctuation.one ou au db2fluctuation Bandcamp.

Sylvain Lupari (16/05/21) *****

SynthSequences.com

222 views0 comments

Recent Posts

See All