• Sylvain Lupari

STEVE ROACH: Shadow of Time (2016) (FR)

Qu'est-ce que je trouve intéressant dans la musique de Steve Roach? Ça répond à mes besoins pour atteindre cet état d'esprit idéal pour le sommeil

1 Shadow of Time 38:07 2 Night Ascends 23:48 3 Cloud of Knowing 11:54 Projekt ‎| PRO00334

(CD/DDL 73:49) (Ambient and immersive EM)

Puisque les deux œuvres étaient intimement reliées, je me suis tapé This Place to Be et SHADOW OF TIME back-à-back depuis les 2 derniers jours. Et si l'exercice m'a semblé parfois pesant, j'y ai vu la lumière. En fait j'y ai entendu le son. Le son du silence! Le son du vide! Passer maître dans l'art de moduler les vents, de faire chanter les murmures du silence ou de faire miroiter les ombres des cavernes, Steve Roach revient à la charge avec un autre monument de musique d'ambiances sombres et méditatives. Et comme à chaque fois, l'exercice revient à établir des points de comparaison avec les chef d'œuvres ultime dans le genre; Structures from Silence et Quiet Music. Mais n'est pas justement Structures from Silence, ou encore Quiet Music, ce que l'on souhaite. Si par le passé des albums tels que This Delicate Forever, Etheric Imprints et dernièrement Emotion Revealed semblaient sonner un retour aux sources de ces structures pour Steve Roach, le synthésiste californien se gardait toujours une petite distance pour éviter les pièges de la comparaison. Souvent il a flirté avec ces frontières. Et souvent nous avons eu l'impression que certains albums supplantaient la beauté mirifique de ses deux œuvres. Prenant sa source aussi loin que cette époque, SHADOW OF TIME répond à un besoin de Steve Roach de s'éloigner de ses opus un peu plus dynamique. Dommage, j'aimais bien ce côté de Roach! Mais si pour ce faire il compose une m