• Sylvain Lupari

SYNTH.NL: Time Travel (2021) (FR)

C'est un album baromètre qui nous permet de suivre l'évolution de Synth.nl

1 Nachtwacht 7:31

2 Synthology 5:02

3 SynthWelle 4:55

4 Mercury 7:16

5 Don Quixote 7:05

6 Underground 4:36

7 Taurus 5:21

8 Ping Pong 5:23

9 Gemini 5:38

10 Motion 5:30

11 MoveOn 5:46

12 Time Travel 5:39

Groove | GR-322

(CD/DDL 69:47)

(E-Rock, EDM and melodies)

Voilà bien 10 ans, soit depuis Apollo, que Synth.nl n'avait pas produit d'album solo. Il y a eu certes son étonnante participation avec Ron Boots pour l'album BorkHavn, un des Top albums de 2020. Mais pour le reste, Michel van Osenbruggen fut assez silencieux. Les rumeurs d'un éventuel retour faisaient le tour de la planète Groove nl jusqu'à ce que TIME TRAVEL n'apparaisse dans le catalogue Hollandais en tout début décembre. Construit autour de 12 titres et tout près de 70 minutes de musique, ce nouvel album est par contre constitué de titres qui ont déjà apparus sur diverses compilations du German Electronic Music Club Schallwende et de Groove nl, dont le très beau Dutch Masters. Donc, des titres qui voyagent à travers les 15 années de Synth.nl d'où le titre TIME TRAVEL. Un nouveau remix et remaster par Ron amène un vent de fraîcheur, sinon de nouveauté à une musique électronique (MÉ) toujours mélodieuse et ce peu importe ses orientations rythmiques. Finalement, ces nouvelles versions sont différentes et sont offertes sur CD manufacturé et en téléchargement de haute qualité 48 kHz/24 bit.

Nachtwacht fut d'abord offert pour la compilation Dutch Masters. Cette nouvelle version revampée donne plus de clarté à cette belle mélodie soufflée en boucles par un synthé aux harmonies aussi accrocheuses que le répertoire de Vangelis. Surtout lorsque le piano y joint ses notes pensives, ajoutant une délicatesse qui détonne sur cet arrière-fond d'hymne de guerre. Synthology est l'autre titre appartenant déjà au catalogue Hollandais pour avoir apparu sur Analogy Vol. 3 en 2007. Son rythme se développe en ondulant sournoisement avec un synthé aux harmonies plus austères. Le titre évolue avec une ossature spasmodique sur un mouvement mélodieux à saveur lounge jazz. Les 7 prochains titres sont apparus sur diverses compilations de Schallplatte. SynthWelle est un autre bon titre qui propose une structure de rythme ambiant avec des cognements ayant un timbre caoutchouteux. Ces cognements rebondissent pour structurer une toile de rythme surréel qui s'accouplera plus tard au pouvoir des percussions électroniques. En parallèle, le synthé siffle une autre de ces belles mélodies accrocheuses qui multiplie ses changements d'airs sur une savoureuse texture musicale évoluant en suspension. Mercury exploite une vision rythmique centrée sur des basses-pulsations crémées par d'onctueuses nappes de synthé. La véritable portion rythme est assumée par ces phases de riffs collées en une longue suite de fuzz wah wah, alors que le synthé, toujours extrêmement mélodieux, lance des lignes de mélodies qui roulent en boucles sur d'autres lignes mélodieuses. Dans un décor cinématographique où on entend une dactylo écrire un texte et les pâles du moulin tourner, Don Quixote nous offre un beau downtempo avec un bouquet de romantisme des films français. Un très bon titre!

Underground évolue lentement pour atteindre un bon rock électronique vivant. Après un court passage atmosphérique, la musique, comme son rythme, deviennent plus vives et plus rock avec un synthé élaborant ses solos comme un guitariste attaque sa guitare. Taurus est une bonne ballade circulaire avec de légers effets organiques dans les percussions. Le synthé est divin avec ses siffles harmoniques. Les effets sonores de Ping Pong sont dans le ton, signant un bon up-beat influencé par l'univers plus commercial de Jean-Michel Jarre. Sur une structure tiraillée entre la force de son rythme et sa douceur pour y accueillir un synthé mélodieux, Gemini propose une membrane percussive organique avec des additifs plaisant à découvrir. Le clavier est entraînant, mais pas comme cette ligne de basse vrombissante qui s'acoquine bien avec les départs et arrêts brusques des percussions. Le synthé est agréable avec des bribes de mélodies pleureuses coulant sur les spasmes passagers de ce rythme ambivalent. Après une introduction cousue de nappes volant par saccades sournoises, Motion s'excite sur de trop bonnes percussions et un synthé en folie qui lance des élucubrations roulant en boucles. Une texture spectrale entoure le titre avec des éléments orchestraux qui flottent avec une odeur menaçante. Comme dans un bon film de tension! Les percussions sont une tuerie dans cette sphère de rock électronique déjanté. Très danse MoveOn vibre autour d'un solide rythme de EDM avec les effets appropriés pour une bonne soirée de danse. Ces deux derniers titres me ramène un peu au premier album de Synth.nl, AeroDynamics en 2007. Une nouvelle composition, la pièce-titre propose une introduction basée sur les cliquetis de diverses horloges. Le rythme commence à germer autour de la 50ième seconde, y allant de courbes stroboscopiques avant d'explorer un rock électronique influencé par le dynamisme de la EDM. C'est du Synth.nl qui flirte avec des rythmes de danse et qui a toujours cette vision mélodique qui creuse constamment l'espace qu'il faut pour entrer dans nos oreilles.

Au final, TIME TRAVEL est un album baromètre qui nous permet de suivre l'évolution de Synth.nl depuis 2007 à aujourd’hui. C'est un bon album qui évolue sur des rythmes de plus en plus danse tout en jetant un bel éclairage sur le talent de mélodiste de Michel van Osenbruggen, dont la plus jeune fille, Tamara, a signée la pochette. En attendant son prochain album, Palaeontology!

Sylvain Lupari (30/12/21) ***¾**

SynthSequences.com

Disponible chez Groove nl

204 views0 comments

Recent Posts

See All