• Sylvain Lupari

V/A GROOVE: E-Live 2010 (FR)

Un bon CD qui séduit par sa diversité des genres que ses nombreux rebonds rythmiques

1 Near UFO (Nattefrost) 8:28

2 Help Murder Help 2010 (PPM) 6:36

3 The Ceremony of Innocence (Mark Jenkins) 8:40

4 Midsummer's Morning (PPM) 5:26

5 Exploration Drive (Airsculpture) 19:32

6 Array of Fading Flowers (PPM)) 4:39

7 In a Forgotten Time (deZeptive remix) (Nattefrost) 5:32


Groove GR-170

(CD 58:55)

(Berlin School, Post E-Rock, Synth-Pop)

Comme à chaque année le label Groove nl tient son festival E-Live. Le label Néerlandais produit en parallèle un cd regroupant des titres inédits des artistes invités à ce festival annuel qui attire sa légion de fans. Cet E-LIVE 2010 présentait une brochette d'invités aux styles des plus contrastants, allant du pur et lourd Berlin School (Air Sculpture) à une musique électronique (MÉ) plus rythmée (Nattefrost) tout en caressant les effluves d'une musique plus agressive et psychédélique (Picture Palace Music) ainsi qu'une délicate ode cosmique (Mark Jenkins). Il en résulte en un étonnant collage musical où Ron Boots a effectué un ingénieux travail de mastering afin d'insérer et de fondre des styles différents en un album de MÉ où la contemporanéité des genres s'apprêtent fort bien en un seul opus. Et au final, E-LIVE 2010 est un bon CD qui séduit tant par sa diversité des genres que par les nombreux rebondissements rythmiques.

Nattefrost part le bal avec Near UFO. Cette composition vieille de 1998 débute avec une menaçante onde de synthé qui étend ses lourdes couches de synthé éthérées. Des nappes fantomatiques flottent avec de fines modulations, juste avant que le synthé chante une mélodie accrochée aux années analogues. Le rythme est pesant avec un lourd mouvement séquencé dont les accords galopent frénétiquement dans un écho cosmique. Lourd et rythmé, Near UFO embrasse les tranquilles souffles cosmiques avant de remordre le rythme pour une course titubante sous l'égide d'un synthé aux solos lyriques à la Jean-Michel Jarre et qui truffés d'une belle brume ambiante. Un gros synth pop qui précède le rock électronique psychédélique de Picture Palace Music et son riff de guitare sec qui traîne dans le néant, nourrissant le furieux rythme de Help Merder Help 2010. Titre que l'on retrouve sur Fairy Marsh Districts, il relève cette compilation avec un approche lourde et incisive plus près des racines du rock psychédélique que de l'électronique comme tel, sur un rythme sombre et endiablé unique au monde musical de PPM. Suivant ce lourd rock psychédélique Mark Jenkins tempère les ambiances en nous introduisant dans son ingénieux monde musical avec The Ceremony of Innocence. Un titre entièrement conçu avec un I-Pad, The Ceremony of Innocence est une délicate ode cosmique où la délicieuse voix d'Alquimia est en délicat contraste avec la gravité de celle d'Arthur Brown. Un titre ambiant structuré sur des couches d'un synthé discret et sous une panoplie de sonorités cosmiques, The Ceremony of Innocence est d'une étrange beauté onirique. La gang à Thorsten Quaeschning revient encore charmer nos oreilles avec un titre plus calme où un piano traîne sa lourde mélancolie à travers moult chuchotements. Midsummer's Morning suit admirablement bien les sentes poétiques de The Ceremony of Innocence.

Exploration Drive de Air Sculpture vaut à elle seule le prix de ce E-LIVE 2010. Un très beau titre d'une vingtaine de minute, divisé par un éclectique passage ambiant, qui débute par un délicat mouvement séquencé dont les accords sautillent et s'agitent fiévreusement sur un hypnotique mouvement linéaire. Incisives, ces séquences aux sonorités hybrides sont survolées par un synthé qui échappe de belles brises nostalgiques parmi des gargouillements et souffles caustiques autant psychédéliques que spectrales, réminiscences des premières audaces du trio Anglais. Et c'est à travers cette danse d'une multiplicité séquencée qui est aussi enrobée par un synthé à la flûte enchanteresse et aux nappes émotives que Exploration Drive progresse jusqu'aux portes d'un néant cosmique, où de lourdes nappes torsadées aux lentes et sinueuses réverbérations synthétisées ronronnent dans une ambiance métallisée. Un bref passage ambiant d'où s'échappent des séquences isolées qui finissent par forger une rythmique nerveuse, soutenue par une bonne ligne de basse. Ce rythme convulsif propulse la dernière partie de ce long titre vers une mesure arythmique tout en étant entouré d'un synthé aux souffles et mélodies teintés de souvenirs musicaux. Après un titre aussi complexe et progressif, Array of Fading Flowers de PPM vient ajouter un côté plus mélodieux avec ce titre tiré de Symphony for Vampires. Le titre est sculpté dans un rock hybride avec une tangente synth-pop grugée par l'univers sombre et très médiéval de ce superbe album réalisé en 2008. Nattefrost clôture ce E-LIVE 2010 avec un autre titre lourd aux séquences qui pulsent, sautillent et s'entrechoquent sous un synthé aux souffles ondulatoires. In a Forgotten Time (deZeptive remix) est du Nattefrost plus contemporain avec une vision de synth-pop sur un rythme nerveux et saccadé, embrassé de furtifs accords de claviers et d'un vocoder très robotisé. Les séquences sont lourdes et sautillent en harmonie avec les percussions électroniques pour donner un bon rock électronique ayant un léger parfum de synth-pop.

Sylvain Lupari (09/02/11) *****

SynthSequences.com

Disponible chez Groove nl

129 views0 comments

Recent Posts

See All