• Sylvain Lupari

David Wright Returning Tides 1991-2004 (2004) (FR)

Une belle compilation qui montre les multiples facettes de David Wright

1 Rysheara 3:25

2 Nomad 4:02

3 Taiga 5:05

4 Marilynmba 3:47

5 Smiling Shadows Lie 3:39

6 Beijing 3:34

7 Midas 4:40

8 Sioux Falls 2:54

9 Returning Tides 3:17

10 Guardians 6:06

11 No More Angels 4:46

12 Walking With Ghosts 5:06

13 Shah 6:06

14 Beyond Paradise 5:44

15 Flame Sky 4:54

16 Continuum 4:03

17 To Touch the Sky (Live) 2:44

18 Sygyzy 4:49

Ad Music AD50CD

(CD/DDL 78:49)

(E-Rock, New Age, England School)

David Wright est considéré comme un vétéran de la scène musicale électronique Anglaise, celle que l'on surnomme la England School. Musicien de renom, il fut découvert par Klaus D. Mueller qui l'aidait à démarrer sa carrière en 1989 avec l'album Reflections. Quelques mois plus tard, il mettait sur pied son propre label de production et de distribution, AD Music. Un label qui se spécialise pour une MÉ plus harmonieuse et plus structurée, loin du Berlin School et des rythmes aléatoires et improvisés. Aussi cofondateur de Code Indigo et Callisto, David Wright touche à tous les styles avec une fluidité et une aisance que seul les grands s'y sentent confortable. Très avant-gardiste, son style musical se situe entre du Pink Floyd et du Vangelis avec des structures de séquences qui s'arriment au style de Berlin et une tendance ethnique et tribale qui flirte avec du Mike Oldfield dans The Song of Distant Earth. Depuis 1989, le musicien Anglais a participé à plus de 25 cd, dont 15 en solo. Jamais il n'a produit de compilations. Pour l'année 2004 AD Music décidait donc de produire un album simple qui refléterait bien la carrière de David Wright. RETURNING TIDES 1991-2004 contient 18 titres qui ont été remasterisés selon la technologie 24 bit remaster, donnant un nouveau souffle à des titres un peu âgés. C'est comme ouvrir un livre de poésie musicale avec des mélodies à perte d'ouïe sur des structures de rythmes diversifiées aux arrangements d'une grande sensibilité. C'est digne d'un amant de la romance, du romanesque. Et c'est justement pour un mec comme moi!

La plupart des titres figurent sur des albums que j'ai déjà chroniqués, soit sur Guts of Darkness ou ici sur Synth&Sequences. Rysheara de Dissimilar Views 2 est une belle mélodie sur un mellotron flûté avec juste ce qu'il faut de percussions et d'effets sonores pour maintenir une structure mélodieuse qui nous fait fondre avec ces solos de guitare électrique. Légèrement plus court, Nomad nous vient de l'album Ocean Watch. Un titre plus animé qui nous fait découvrir un David Wright près des rythmes tribaux avec des percussions claniques qui bouillonnent sous des nappes d'un synthé enveloppant qui ne ménage aucunement sa vision mélodieuse. Le brillant musicien-synthésiste Anglais est autant à l'aise avec ses mélodies rythmées que sur des phases plus atmosphériques et des titres d'une douceur plus classique qu'il sculpte avec des textures de synthé plus orchestrales. En contrepartie, des titres comme Midas, Returning Tides, Sha, Guardians, Continuum et le bouillant Sygyzy sont des titres énergiques et mélodieux construits sur des rythmes bien entraînants, parfois plus progressifs, qui font place à de très beaux et bons solos de synthé, certains avec de la guitare ou des textures de guitare, dans de toujours bons arrangements orchestraux.

Il y a du gros rythme, comme des titres plus romantiques, sentimentaux qui personnifient la signature musicale d'un musicien qui ne fait aucun compromis afin de faire connaître sa musique. Taiga appartient à un album que je n'ai toujours pas entendu et qui est discontinué, Between Realities sorti en 1992. C'est une musique qui fait saigner l'âme avec un très beau boléro cosmique qu'il faut écouter au moins une fois dans sa vie. Cette valse de tendresse se poursuit avec Marilynmba, un titre suave pour une soirée à 2 qui se combine très bien avec Smiling Shadows Lie et son sax prude dans une atmosphère à la Blade Runner. Beijing est le genre de mélodie qui colle à la peau. Sur des accords d'une guitare acoustique au parfum asiatique qui serpentent nos émotions nostalgiques, un synthé aux arrangements orientaux dessine une harmonieuse marche ascendante dont les effets valsent avec grâce. La vision de David Wright est unique pour dessiner des fables qui collent à l'âme et qui nous interpellent. Des mélodies qui accrochent et secoue les souvenirs comme, Sioux Falls, No More Angles, et ce même si la guitare y est agressive. Il y a dans ce titre une tendresse harmonieuse qui est générée par les strates de violons arrache-cœur. Le piano de Walking With Ghosts est étonnant et d'une infinie tendresse, alors que Beyond Paradise est d'une douceur mélancolique sur une structure de rythme indonésienne qui rappelle la doucereuse musique spirituelle de Mind Over Matter. C'est encore plus émouvant que Taiga et c'est un des rares titres qui me secoue constamment les émotions… à chaque écoute.

C'est évident que 18 titres qui couvrent 13 ans de carrière et 13 albums n'est pas l’idéal pour tracer un profil musical complet de ce musicien qui a laissé une touche indélébile sur la MÉ de style England School. Et il faut se le dire, David Wright, c'est plus que ça! Quand vous découvrirez les complexes Sha et Guardians à travers ce lit de mélodies rythmées ou romancées, vous constaterez que l'étendue de son œuvre dépasse et de loin les frontières mélodiques qui composent principalement ce RETURNING TIDES 1991-2004.

Sylvain Lupari (07/02/07) *****

SynthSequences.com

Disponible chez AD Music

172 views0 comments

Recent Posts

See All