• Sylvain Lupari

TANGERINE DREAM: Firestarter (1984) (FR)

“Il y a quelque chose de magique derrière Firestarter; nous n'avons pas besoin de voir le film pour saisir tout son mystère. La musique dit tout”

1 Crystal Voice 3:07 2 The Run 4:50 3 Testlab 4:00 4 Charly the Kid 3:51 5 Escaping Point 5:10 6 Rainbirds Move 2:31 7 Burning Force 4:17 8 Between Realities 2:53 9 Shop Territory 3:15 10 Flash Final 5:15 11 Out of the Heat 2:30 VARESE SARABANDE |  VSD 5251 (CD 41:39) (Berlin School Base Sequenced EM)

Un peu comme Wavelength, FIRESTARTER n'as pas connu une sortie très médiatisée. Conçue dans l'anonymat ainsi qu'à l'abri des oreilles de son réalisateur Mark L. Lester, et sans avoir vu la moindre parcelle de pellicules du film, cette 6ième trame sonore de Tangerine Dream voyait le jour bien timidement. Sa sortie officielle s'effectuant sans tambours ni trompettes peu après la parution du film. Une production qui allait être corrigée 6 ans plus tard avec une production plus massive en format CD pour le marché américain (Varèse Sarabande) et le marché Anglais (MCA) dont tous s'entendent pour dire qu'il s'agit de la plus belle qualité sonore. Descendant plus direct des inspirations de White Eagle et Hyperborea, et même Poland, FIRESTARTER demeure une très belle œuvre plus complète que Wavelength à cause de ses structures légèrement plus longues et plus approfondies qui ont été construites un peu plus sur les préceptes de Thief ou Sorcerer que de la trame sonore sur les extraterrestres.

C'est avec des cymbales aux sonorités de cigales que l’album débute en nous offrant une des très belles mélodies de Tangerine Dream dans les années Schmoelling, Crystal Voice. Le rythme est sobre. Arqué sur de fines percussions et un séquenceur discret, il supporte les lignes lyriques de synthé qui égare ses belles harmonies dans de tonalités de guitare et de voix spectrales. Les accords de clavier qui scintillent ici et là proposent une approche plus progressive qui rappelle celle de Pink Floyd sur Animals. C'est un très bon titre avec un énorme potentiel commercial qui ne semble pas avoir été exploité. Et il n'est pas le seul dans cette catégorie; Charlie the Kid, moulé dans les sentes de Crystal Voices, Shop Territories et l'émouvant Out of the Heat sont d'autres très belles mélodies qui trônent parmi des titres plus corsés, plus électroniques. Comme The Run avec ses nappes et ses riffs de synthé dont les ombres découpent des mouvements secs et saccadés, traçant une course hallucinatoire dans des corridors tapissés de riffs et percussions aux tonalités éclectiques. Testlab est plus atmosphérique et rappelle les errances d'Horizon sur Poland. Toujours dans le rayon des ambiances futuristes nous retrouvons Escaping Point et ses nappes saccadées qui hésitent sur un beau canevas de percussions. Le troublant Between Realities qui rappelle des moments de The Keep. Et Flash Final qui est moulé sur Escaping Point et dont l'approche des lourdes percussions électroniques et des séquences sournoises débordera jusqu'aux limites de Flashpoint. Et il y a des titres qui tergiversent entre ces deux extrêmes tels que Rainbirds Move et sa belle mélodie égarée sur les oscillations de séquences et des riffs de synthé harmonieux. Et finalement le fougueux Burning Force avec ses percussions autant lourdes que métalliques qui envahissent les pans d'une approche mélodieuse sidérée par tant de puissance.

Il y a quelque chose de magique derrière FIRESTARTER. Comment croire que Franke, Froese et Schmoelling n'ont pas vu un bout du film et composer une musique qui s'y colle avec autant de réalisme? Est-ce que le livre de Stephen King est à ce point inspirant? Il faut croire que oui, car on voit le film et on lit le livre au travers une musique qui surfe constamment entre les rythmes, ambiances et mélodies d'Hyperborea. Mais point n'est besoin d'avoir lu le livre ou d'avoir vu le film pour apprécier cet autre bel opus du Dream.

Sylvain Lupari (08/10/04) *****

SynthSequences.com

437 views0 comments

Recent Posts

See All