• Sylvain Lupari

David Wright Returning Tides Vol 2 (2022) (FR)

Une autre belle façon de découvrir le bel univers de David Wright

1 Reconnected 3:49

2 The Sound of Waves 4:44

3 Transylvanian Lullaby 4:44

4 Ghost Dancer 3:58

5 Deeper 5:28

6 Momentum, Pt. 3 4:30

7 Shine On Cassini, Shine On 2:13

8 Echoes of Air 3:23

9 Another Life 3:58

10 Sun Dust 5:24

11 Cassini 5:46

12 Just An Illusion 4:48

13 Calmer Waters 5:06

14 A Solitary Moment 4:40

15 Light Source 4:42

16 Desert Theme 4:02

17 Call to Me - with Carys 4:10

18 Stars Dream On 3:22

AD MusicAD231CD

(CD/DDL 79:32)

(E-Rock, New Age, England School)

Il y a plusieurs choses intéressantes dans cette toute dernière compilation de David Wright. Tout d'abord, les 18 titres qui composent cette seconde compilation du musicien Anglais fondateur du label AD Music ont tous été remasterisés en fonction des nouvelles exigences des plateformes de musique en continue. Les structures sont ainsi plus courtes et conçues avec une vision encore plus commerciale, plus pour les radios FM. N'ayez crainte, on reconnait chaque titre dans une enveloppe musicale plus accentuée, plus forte. On peut affirmer sans se tromper que c'est la meilleure façon de découvrir le très bel univers de David Wright. Si la première compilation, intitulée Returning Tides 1991-2004 mettait l'emphase sur ses premières années jusqu'à 2004, RETURNING TIDES Vol. 2 met en valeur les années 2005 à 2021, incluant son dernier album The Lost Colony avec le titre Desert Theme. L'album est offert en CD manufacturé et comprend 18 titres sur une distance de 80 minutes. Ce qui est intéressant est que l'achat vous donne droit à une version Deluxe qui inclut 18 titres additionnels. On retrouve parmi ces titres quelques inédits, des raretés, des collaborations et/ou d'autres titres connus qui ont aussi été remasterisés selon les standards établis pour la version CD. Et il y a de très belles surprises dans ces titres que AD Music offre en format téléchargement uniquement. Mais avant d'aller plus loin, débutons cette chronique avec le CD manufacturé.

Reconnected, de l'album Stranger Days, affiche les nouvelles couleurs tonales que David Wright rajoute à ses compositions. L'enveloppe musicale est plus riche et les détails mieux cernés. Si la mélodie du piano reste fortement martelée, la basse affiche plus de mordant, donnant cette impression que le rythme est plus lourd. Le même phénomène s'applique à la version écourtée de Momentum, Pt. 3 et à certains autres titres qui sont propulsés par une basse plus active. En plus de subtils effets vocaux, des nappes de voix sont ajoutées, à la hauteur des 1:50 minute, alors que les orchestrations et les arrangements sont plus nourries. Ils pigmentent notre âme d'une légion de frissons. Idem pour The Sound of Waves, pourtant de l'album Deeper, qui sonne littéralement comme s'il provenait du même album. Il en sera ainsi sur la majorité des titres qui composent RETURNING TIDES Vol. 2. J'ai même l'impression que certaines structures de rythme, comme celle de Transylvanian Lullaby sont plus vives, plus entraînantes. Chaque titre est aussi raccourci et arrangé de façon à pouvoir jouer sur des radios commerciales. Le choix des titres et la façon dont ils se suivent sont pensés de façon à bien départager les styles du musicien Anglais avec des rythmes près du rock électronique et d'autres plus porteurs de mélodies New Age ainsi que de belles ballades tous bien retravaillées dans des textures sonores qui rend la musique plus troublante, plus émotive. Il y a de bons segments d'une musique plus animée où se glisse un truc du genre New Age, comme Ghost Dancer, il me semble que la guitare de Lee Morant est plus polarisante ici. Alors que Deeper, qui possède une enveloppe plus vivante ici que sur la version originale, fait parti de ces ballades éthérées qui sont légion dans cette compilation. Le seconde partie tendresse de l'album vient après le lourd rock de Momentum, Pt. 3 avec le très beau Shine On Cassini, Shine On, Echoes of Air, encore ici on dirait que ces deux titres proviennent du même album, et le saxophone qui fait soupirer l'âme de Another Life. Après le méditatif Sun Dust, Cassini propose un court extrait performé en concert, où le rythme fougueux se fond à de soyeuses orchestrations, d'un titre de plus de 22 minutes appartenant à l'album Continuum. Après la version enjouée de Just An Illusion, la romance revient à l'ordre du jour avec les parfums orientaux de Calmer Waters, un autre titre de l'album In Search of Silence qui avait une vision plus New Age versus les autres albums de David. A Solitary Moment me ramène aux ambiances de Walking with Ghosts. Entraînant avec une forte basse Light Source propose une version nettement supérieure à Light Source Part 2 de Stranger Days. Même un titre comme Desert Theme propose une enveloppe sonore retravaillée, qui est plus texturée avec une force de rythme qui flirte avec la version éditée pour la radio. Ça démontre tout le potentiel commercial de cette compilation du label AD Music. Idem pour Call to Me, avec Carys aux voix, qui possède ici une attachante texture de mélodie qui hante, qui obsède les sens. Je n'aimais pas particulièrement ce morceau dans Beyond the Airwaves Vol. 2, mais ici ça passe mieux. Si on ne possède pas l'album E-Scape 2020, on ne connait pas Stars Dream On dont le court extrait choisi et retouché termine RETURNING TIDES Vol. 2 de la façon dont Reconnected l'avait allumé.

Tel que mentionné en début de chronique, cette seconde compilation de David Wright vient avec 16 titres en prime sur une distance de près de 82 minutes de musique additionnelle. Et ça débute avec Halcyon de l'album Shifting Sands réalisé en 2009 avec Ian Boddy. La musique est plus complexe et maintien tout de même une vision mélodieuse unique à David Wright. Android Caravan est une belle surprise qui se développe en un hymne tribal hyper syncopé. Du bon rythme qui accueille des doigts nerveux et agiles sur le clavier. Subconscious Matter & Other Indiginous Lifeforms est un autre inédit du genre atmosphérique animé par une sautillante structure de rythme sournoise. On y entend des parfums du Moyen-Orient dans les arrangements, témoignant de cette vision toujours hyper-mélodieuse qui entoure la musique du boss de AD Music. Autre titre inédit, Laniakea est performé avec Carys. Un titre lent et mélodieux qui rend justice à cette superbe vois sensuelle et astrale. China Calling propose une texture orientale et démontre que David Wright ne fait pas toujours dans la facilité tout en étant capable de créer de délicieux ver-d'oreille. Un titre fait avec DJ Mass qui apparaissait sur la compilation Beyond Paradise en 2010, Chilled Naid offre du bon rythme mélodieux. The Sound of Light est du typique Wright, idem pour la ballade rythmée qu'est Always Tommorrow qui est aussi un titre riche de ses arrangements. Au rayon des titres connus qui sont légèrement revampé on y entend As Far As The Eye Can See (South), de The Reflecting Sky, Constant Perceptions de Connected, Forward Motion, étonnement je préfère l'original qui niche sur Beyond the Airwaves, Vol. 1, contrairement à la version en concert de Sea of Dreams, Pt. 3 aussi de Deeper. Autre titre performé en concert, State of Bliss s'étire sur 12 minutes avec la présence de Klaus Hoffmann-Hoock à la guitare et au mellotron. Ce titre qui provient de l'album Dreams and Distant Moonlight est tout simplement méconnaissable ici. Un des moments forts dans cette compilation! All Good Things, titre évocateur qui termine cette compilation Deluxe, propose une version écourtée et plus épurée de ce titre qui apparaît sur Sines of Life. C'est du David Wright mélodieux et entraînant avec chœur et arrangements sur un rythme tribal structuré pour donner une bonne dose de frissons.

Voilà le topo concernant ce très bon et mélodieux RETURNING TIDES Vol. 2! C'est près de 3 heures de MÉ mélodieuse, enjouée, entrainante, accessible et parfois complexe que propose David Wright avec la version Deluxe. Si la musique est revampée, elle ne l'est pas assez pour dénaturer son essence. Ce que nous avons ici est une incursion dans l'univers le plus accessible du musicien-synthésiste Anglais qui n'a pas son pareil pour chatouiller nos émotions avec des airs qui trottent entre les oreilles plusieurs minutes après les avoir entendus. C'est du David Wright dans ce qui se fait le plus mélodieux, émouvant et romantique. Pour les fans et ceux et celles qui veulent de la romance en musique à n'importe quelle heure de la journée!

Sylvain Lupari (21/09/22) *****

SynthSequences.com

Disponible au AD Music

30 views0 comments

Recent Posts

See All